Souffles, installation vidéo

SOUFFLES
Installation vidéo au Musée de la Chasse et de la Nature

02-facemots100dpi

oursgpnetbis

Tout a commencé l’année dernière, à Parts de Molló, un des trois villages des Pyrénées catalanes où l’on célèbre encore la fête de l’ours.
La revue Billebaude m’avait demandé d’en ramener des photographies pour son numéro consacré à l’Ours. Et à Anne Simon d’en produire un texte, libre, libre comme Anne.
Je connaissais l’existence de cette fête et le déroulé précis du rite pour avoir réalisé un film sur cet animal, mais je n’y avais jamais assisté.
Trois hommes mâchurés se changent en ours puis poursuivent les habitants, surtout les jeunes femmes dit-on, pour recouvrir leurs visages d’un mélange de suie et d’huile.
Le rite se termine par la capture des trois ours que des hommes en blanc rasent afin qu’ils retrouvent leur apparence humaine, et qu’ainsi la frontière avec l’animalité soit restaurée.
S’ensauvager un temps pour mieux revenir ?
L’animal lui a disparu des environs depuis longtemps, mais il survit en d’autres régions des Pyrénées.

Une fois sur place, je me rends compte que ce qui me convoque n’est pas seulement le motif de l’ensauvagement mais celui de la survivance du rite lui-même, de la tradition.
Au fond, qu’est-ce qu’une tradition ? Pourquoi une tradition, et d’autant plus lorsque, décalée par rapport à nos modes de vie, celle-ci risque de tomber dans le folklore  ?
On évoque souvent tout ce qu’elle conserve, je ressens autant tout ce qu’elle manifeste de changement, de capacité au changement– une longue histoire de greffes successives, d’emprunts, de bricolages infinis entre diverses lignes païennes puis avec le christianisme, un christianisme qui se cherche et cherche à s’imposer.
C’est par une série de décrochages que j’ai pu en saisir l’enjeu, un sens qui pourrait m’affecter. Un fil aussi , comme des survivances, qui, au lieu de s’attacher à la spécificité de la fête locale, reliaient les géographies et les temporalités.

Selon d’anciennes croyances, Ours sort d’hivernation le 2 février, veille de Mardi Gras, et annonce la fin de l’hiver.
D’un monde obscur et clos, on dit qu’il revient chargé de l’âme des morts, de leurs souffles. Le masque matérialise leur présence, sa forme la plus fréquente a longtemps consisté à se noircir le visage.
La mascarade et tous les débordements expient une vielle hantise et conjurent le retour de la lumière, des récoltes abondantes, et que circulent les souffles. Les animaux – Ours en premier qui fut longtemps leur roi – sont des passeurs privilégiés entre les deux mondes.
Sous les masques, les humains explorent ces confins mais tout autant une zone intérieure, une zone hors-la-loi, hors catégories de la cité, hors stéréotypes. Devenir l’autre le temps d’une fête. S’affranchir. S’ensauvager…

Mais, ce que j’ai entrevu à Prats, c’est moins un devenir-ours des hommes quand ils faisaient l’ours, que lorsque, hors toute mise en scène et toute intention, la fatigue laissait surgir par effraction une expression de stupeur (qui se retrouvait d’ailleurs sur tous les visages), une singulière consistance du corps, en suspens.
C’est cela qui m’a semblé l’expérience d’une altérité constitutive, précisément pas au sens d’une animalité fantasmée, mais d’une expérience que l’on ne maîtrise pas, d’une animalité que l’on ne maîtrise pas. Et qui concerne tout autant les femmes.
Pas une puissance accrue à revêtir la peau de l’animal, mais l’abandon par moment, un être-là au ras du sol, le sentiment d’une déposition.

Alors se donnait à voir la possibilité d’un autre rapport au monde que nous habitons parmi les pierres, les plantes et les animaux.
La sauvagerie n’est pas ce que l’on croit.

19-p1170094-copy

13quater-p1160795

p1170615

regarde-fille

Photographies : Vivianne Perelmuter
Partition sonore: Philippe Langlois
Infographie : Isabelle Ingold et Jean Julien
Archives : Fête des ours à Prats de Molló d’Antoine Caillet (1936)
O.N.C.F.S. Equipe Ours / Réseau Ours Brun
Remerciements aux habitants de Prats de Molló, Anne Simon, Bernard Caillet, Christelle Nau, Jérôme Sentilles, François Boutonnet, Anne de Mallerey et Steven Vandeporta.

autre travail lié à l’Ours
http://www.lesfilmsdici.fr/fr/catalogue/725-ours.html

Publicités